Boutique Biologiquement.comLa culture du gingembre

  Posté par gingembre       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le village de Corconne par sa situation ” encagnardée ” bénéficie de conditions climatiques particulières. Le soleil accentue sa pression dès les premiers beaux jours jusqu’à permettre quelques cultures inattendues…

Les textes du XIV° sc. que nous ont transmis les copistes des évêques de Maguelonne (cartulaire) nous apportent un témoignage précieux : ainsi apprenons nous que dans six cas au moins la redevance due sur les terres était payée d’une demi – livre de gingembre.

La culture du gingembre
La culture du gingembre

Pourquoi du gingembre ?

Très tôt, à cause du goût pour les épices et de la difficulté de conserver les qualités du vin produit, le gingembre a été utilisé pour parfumer le vin et cacher la misère !
La proximité de Montpellier et de sa faculté de médecine donnait un autre sens, à cette production utilisée comme médicament contre la fièvre, le rhume, la grippe. Le gingembre semble faire office de remède miracle : il facilite la digestion, réchauffe l’estomac, éclaircit la vue. Utile aussi contre les maux de dents, les douleurs articulaires et rhumatismales. Excellent pour soigner la goutte, ajoutons qu’il a été préconisé pour se préserver de la peste et qu’on lui accorde des vertus aphrodisiaques.
Le gingembre n’existe pas à l’état sauvage, il n’existe que cultivé. Il est certainement originaire de l’Inde ou de la Chine. Ce sont les marchands qui l’ont introduit dans les régions méditerranéennes au premier siècle de notre ère.
C’est une plante herbacée dont les rhizomes sont divisés en nodosités grosses comme le pouce… ce sont ces éclats de rhizomes qui sont mis en place au printemps et récoltés à l’automne.

La culture du gingembre témoigne de la capacité d’innovation des habitants de notre village au Moyen Age, ils savaient s’adapter à la modernité que représentait la proximité de Montpellier et de son université. Notons en terminant que Bernard Gili, à la même époque, payait ses redevances avec des pistils de safran cultivé, lui aussi, pour un usage pharmaceutique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *